Initiation à l’auto-hypnose

L’auto-hypnose est connue pour ses vertus bienfaitrices. En effet, il contribue à apaiser le stress, les humeurs négatives et les douleurs physiques. Voici quelques conseils et pratiques pour ceux qui souhaitent s’initier à l’auto-hypnose et développer leurs ressources intérieures.

La préparation

En cette phase de préparation, l’individu décide de la durée de sa session d’hypnose et ce qu’il désire de son inconscient. La demande doit être formulée de manière simple et claire afin de percevoir les résultats ; cette demande peut être relative à des peurs, des comportements, des aspects de la vie quotidienne. Il procédera à une respiration abdominale puis à une expiration lente et profonde. À chaque expiration, un mot représentant son ressenti du moment doit être prononcé. Ce processus permet d’oxygéner le cerveau et de se détendre plus facilement.

Il n’existe pas de moment spécifique pour pratiquer l’auto-hypnose, il va dépendre uniquement des disponibilités et des motivations de chacun. Les séances d’auto-hypnose tard dans la soirée sont par contre à éviter, car l’on risquerait de s’endormir.

L’entrée en auto-hypnose

L’individu doit adopter une position confortable en évitant d’être dérangé par son téléphone ou des bruits avoisinants. Pratiquer l’auto-hypnose signifie avant tout se réserver du temps pour soi-même dans un endroit calme. Il faut noter que les vêtements portés influent également sur le déroulement de la séance, par conséquent, ils doivent être amples et fluides. Il est aussi préférable de rester assis tout en fixant un objet de son choix jusqu’à ce que les paupières se ferment toutes seules. Par ailleurs, se rappeler d’une image ou d’un souvenir réconfortant comme si elle était réelle peut être une bonne alternative.

Après quelques instants, on entrera dans un état hypnotique. À n’importe quel moment de la journée, lorsqu’on est confronté à un évènement futur préoccupant, une réunion ou une entrevue, la répétition de cet exercice est un moyen efficace afin de changer instinctivement de réaction et associer un sentiment de réconfort à cet événement.

L’état hypnotique

Appelé aussi état altéré de conscience, il conduit le sujet dans un état ayant une consistance différente de son état habituel d’éveil. Ni endormi ni éveillé, c’est cet état qui va créer un pont vers l’inconscient, c’est l’état dont parle NEALE DONALD WALSCH dans son livre. Pour une première expérience, il est plus judicieux de se laisser guider par un thérapeute afin de se familiariser avec les notions de base.

Voici quelques signes relatifs à l’état d’hypnose : des bâillements répétés, une sensation de lourdeur ou de la légèreté du corps, un ralentissement ou une accélération de la respiration, des larmes physiologiques…Ces signes peuvent évoluer au fur et à mesure de la pratique d’auto-hypnose.

Le retour

La dernière phase consiste bien entendu à revenir dans son quotidien, avec ses nouveaux apprentissages chargés des bienfaits de la transe. Il n’y a que deux manières de sortir d’une transe : soit aller vers le sommeil soit aller vers l’éveil. Au fil du temps, il est possible d’y intégrer d’autres éléments (rituels, musique particulière…) afin que l’environnement soit davantage réconfortant. Ces différentes phases doivent être pratiquées entre trois à cinq minutes pendant plusieurs jours afin de jouir des avantages qu’il procure.